LITTLE BIG GAMES | Cités perdues, aquarium géant et somnambulisme…

Des petits jeux, qui, si pour certains n'ont pas fait grands bruits, méritent tout de même toute notre attention. Aujourd'hui, retour sur 1001 Spikes, Abzû et Back to Bed.

Publicités

CRITIQUE | Ready Player One, chef d’oeuvre virtuel ?

C’était le film phénomène d’avril 2018. Après Pentagon Papers, Steven Spielberg revenait aussi sec avec Ready Player One, adaptation du livre du même nom écrit par Ernest Cline que l’on retrouve d’ailleurs à la co-écriture du scénario. Retour sur cet ode à la pop culture encensé aussi bien par la critique que par le public.

CRITIQUE | Youtube Hero, de zéro en héros ?

Après plus d’un an d’absence, Mathieu Sommet, précédemment connu pour son émission SLG, a fait un come-back remarqué avec le Curry Club. Ce collectif de vidéastes signe sa première grosse production avec Youtube Hero, la web-série dont il sera question dans cette critique. Dites donc adieu à la review de vidéos et bonjour à la fiction. Une fiction pas comme les autres puisque basée sur l’expérience de vidéaste Youtube, ses dérives et ses coulisses, le tout avec le ton cradingue et cynique si caractéristique de l’univers de Mathieu Sommet, tête de proue et acteur principal du projet. Un mélange détonant, pas forcément étonnant mais qui mérite que l’on s’y penche un peu plus en détail.

CRITIQUE | Perdus dans l’espace, parent pauvre de la SF

Entre quelques séries originales, Netflix s’amuse parfois à jouer les fossoyeurs en ressuscitant d’anciennes licences. Cette fois-ci, l’entreprise a décidé de lorgner du côté de la science-fiction en remettant au goût du jour une vieille série des années 60 : Perdus dans l’espace. Bonne ou mauvaise idée ? Enfilons notre meilleure combinaison spatiale et étudions ensemble ce divertissement familial !

CRITIQUE | Sense8, la série sense dessus dessous

En 2015, les sœurs Wachowski et Netflix sortaient Sense8, une série TV qui, grâce à la réputation des réalisatrices de Matrix et de Cloud Atlas, avait suscité une grande attente. Fort d’une certaine originalité, celle-ci eut son petit effet et s’attira la sympathie du public. Un engouement proche du coup de cœur irrationnel et bien loin de faire part des véritables qualités et défauts de cette série faussement ambitieuse…

CRITIQUE | Mute, cacophonie aphone

Fruit d’une gestation de près de quatorze ans et après avoir failli être une bande dessinée, Mute a finalement trouvé le chemin des écrans via Netflix au début de l’année 2018. Comme son réalisateur l’avait annoncé, peut-on vraiment dire de Mute qu’il est “un film qui va rester” ? Rien n’est si sûr.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑