CRITIQUE | Team Sonic Racing, la roue tourne ne tournera pas

CRITIQUE | Team Sonic Racing, la roue tourne ne tournera pas
<span class="bsf-rt-reading-time"><span class="bsf-rt-display-label" prefix="Temps de lecture :"></span> <span class="bsf-rt-display-time" reading_time="2"></span> <span class="bsf-rt-display-postfix" postfix="mins"></span></span><!-- .bsf-rt-reading-time -->

Vous connaissez forcément Mario Kart. Un jeu de course aussi pointu que familial aux nombreuses qualités qui font de lui un jeu incontournable. Connaissez-vous Sonic Racing, sa (bonne) contrefaçon made in Sega ? Jetons un œil sous le capot de son troisième opus, “Team Sonic Racing”, un épisode qui pique.

Le diable est dans les détails

Depuis ses débuts en 2010, la licence Sonic Racing a su peu à peu se démarquer de son modèle. Une différence qui tout d’abord s’est joué sur un plan purement technique grâce à des graphismes HD rutilants et une fluidité quasi-sans faille. Même si ce léger avantage n’a pas perduré longtemps (Mario Kart 8 est passé par là), les épisodes qui suivront, Team Sonic Racing en tête, conserveront cet attrait graphique. Car oui, Team Sonic Racing est beau, fluide et ses courses, en plus d’être relativement belles, fourmillent de détails. C’est simple, il n’y a pas un circuit où il ne se passe pas quelque chose à l’écran, quitte parfois à sacrifier un peu de lisibilité. Un problème qui n’est heureusement pas récurrent et donc très vite oublié.

L’autre Team Sonic

Outre la possibilité de choisir parmi des personnages issues de l’univers de Sonic, Team Sonic Racing laisse également le choix entre différents véhicules aux caractéristiques changeantes. Classique. En revanche, côté modes de jeux, Team Sonic Racing tente d’innover. Comme l’indique le nom de ce troisième opus, les courses attribuent une grande place au jeu en équipe à travers le partage d’objets ou de boosts. Deux mécaniques au cœur de ses nombreux modes de jeux, qui, s’ils ne sont pas originaux, restent efficaces. Une volonté qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle derrière Onrush, l’aspect party game familial en plus. Chose appréciable, Team Sonic Racing propose un multijoueur plutôt complet, aussi bien en local (à 4 joueurs) qu’en ligne.

team-sonic-racing-screen

En marche arrière

Malgré toutes les qualités de ce Team Sonic Racing, il est difficile de cacher quelques petites déceptions. D’abord, on note une impression de vitesse quasi inexistante. Certes, cela aide à garder une bonne lisibilité sur des circuits visuellement chargés mais entaille sérieusement les sensations de jeu. Autre déception, en comparaison avec Sonic & All Stars Racing Transformed, le contenu de cet épisode fait un peu chiche. Fini les autres personnages de l’écurie Sega, terminé les circuits et compositions musicales inspirés des autres licences fortes de la firme. Team Sonic Racing ne se concentre que sur l’univers de Sonic et ses personnages dont le charisme frôle parfois (souvent ?) le néant. Un choix discutable qui donne à cet épisode une certaine fadeur et des allures de régression.

Même s’il ne tient pas la comparaison face aux qualités et au contenu gargantuesque d’un Mario Kart, Team Sonic Racing n’en reste pas moins un jeu honnête et convivial. Un jeu de course qui s’applique à non seulement fournir un aspect graphique à la propreté impeccable mais aussi un gameplay solide. Un bon compromis pour quiconque ne possède pas une console Nintendo mais voudrait tout de même s’amuser à faire des crasses à ses potes dans un esprit bon enfant.

  • Critique réalisée à partir d’un exemplaire du jeu sur PS4 envoyé par Koch Media

Laisser un commentaire