APERÇU | Ruggnar, une épopée minière

Depuis quelques années, les jeux indépendants sont devenus le nouvel eldorado des joueurs. Proximité des développeurs, gameplay avant-gardiste, pas de marketing à outrance, des jeux abordables et une bonne dose de nostalgie sont les quelques exemples de ce succès. Aujourd’hui, nous allons nous arrêter sur un jeu (toujours en phase de développement), très indépendant, Ruggnar.

Ruggnar c’est quoi ?

Ruggnar est un plateformer en pixel art développé par une seule personne : Cyrille Bonard (de son pseudo Sirill). Les prémisses de Ruggnar ont pris forme lors de la Game Jam en 2016.  Pour rappel, la Game Jam est un “Hackathon”, c’est-à-dire un marathon autour des jeux vidéo où les participants vont se regrouper pour programmer, le temps d’un week-end, un jeu ou un concept de jeu vidéo. Pour cette Game Jam, Sirill chercha des idées de jeu et parmi celles-ci, un jeu de plate-formes utilisant la lumière émerge. Le concept est conservé précieusement pour y revenir un peu plus tard. Une première version est montrée au public 3 semaines après le début du développement. Les retours autour de Ruggnar sont plutôt positifs ce qui le motiva à poursuivre le développement et ainsi passer du format de concept à celui de jeu vidéo.

Ruggnar, c’est avant tout le nom de héro du jeu. Un nain qui pour des raisons encore inconnus a décidé de quitter ses terres natales pour partir à  l’aventure dans des lieux plus ou moins dangereux à la recherche d’or et de trésors.

Le nain à la bougie

Dans Ruggnar, vous ne combattrez aucun ennemis. En effet, contrairement aux autres nains, notre héros n’est équipé ni de haches, ni de marteaux, mais seulement d’une bougieSirill a pris le parti de faire un jeu sans violence pour que ce dernier soit accessible aux joueurs les plus jeunesPour réussir dans sa quête, notre nain devra user de ses talents d’observateur (grâce à ses compétences de nyctalope) pour repérer et anticiper le moindre piège ainsi que de maîtriser son environnement grâce à ses bougies. En effet,  le principe du jeu repose sur la gestion de la lumière par l’intermédiaire de vos bougies. Celle-ci vous permettront de vous repérer dans l’obscurité des niveaux grâce à la bougie positionnée sur le casque de Ruggnar. De repérer les pièges à proximité en lançant un bougie au loin ou encore d’en sacrifier une afin d’actionner des mécanismes et ainsi poursuivre votre exploration.

Ruggnar-screenshot-nain-vert

Attention cependant, n’oubliez pas que l’environnement et votre ennemi. Si vous n’êtes pas vigilant : trou, piques, pièges lançant des flèches ou des boules de feux auront raison de vous. Mais ce n’est pas tout, l’environnement peut s’en prendre directement à votre bougie : alors que se faire toucher par les gouttes d’eau provenant des fuites des tuyaux réduira l’efficacité de votre bougie, passer sous une chute d’eau aura pour effet d’éteindre cette dernière directement et ainsi vous laisser dans l’obscurité à la merci du premier piège venu.

Une épopée prometteuse

Lors du test, nous avons pu essayer le premier chapitre du mode histoire. Celui-ci permet de découvrir les bases du gameplay, notamment les premières mécaniques liées à l’utilisation de notre bougie (actionner des mécanisme pour ouvrir des portes, le familier) ainsi que les premiers pièges. Le premier chapitre se déroule dans un château avec des airs de Castlevania, ce qui plaira certainement aux nostalgiques, le tout sur un bande son fort sympathique. Le petit bémol serait que la playlist musicale est générée aléatoirement et ne collera pas forcément à la situation.

Ruggnar-lava-screenshot
Nous avons testé aussi le premier niveau de la mine, un niveau drôle mais très frustrant car il faut être très réactif sur le timing des sauts pour ne pas tomber dans le fossé ou rater un chemin de pièce. Actuellement, le niveau ne propose pas de réel gameplay tourné autour de l’utilisation de la bougie, mais peut être que ce sera le cas dans une prochaine mise à jour.

Ruggnar-chariot-mine-screenshot

Enfin, nous avons profité de notre venue au Bordeaux Geek Festival pour faire tester le mode roguelite / tournois. L’occasion aussi de découvrir comment sont généré les niveaux aléatoires. La force de Ruggnar prend tout son intérêt dans ces modes, tant ces derniers proposent une très grandes jouabilité, mais surtout par le fait que ces derniers rendent le jeu ultra communautaire. Il faut l’avouer, nous avons pris un malin plaisir à voir nos adversaires échouer alors que nous  occupions la haut du classement.

Ruggnar est une très bonne surprise. Bien qu’il soit en phase de développement, il est tout à fait jouable. Même développé par une seule personne, Ruggnar bénéficie de mises à jour régulières (correction de bug, optimisation du gameplay). Une communauté fort sympathique commence à se former. Vous pourriez même croiser quelques personnes ayant travaillé sur des jeux indé comme Double Kick Heroes ou Dead Cells. Sirill se rend très disponible pour expliquer le développement du jeu, mais il est aussi très à l’écoute vis à vis des propositions d’amélioration/d’approfondissement du gameplay, du design, etc. D’ailleurs, il tease régulièrement les futurs mécanismes (dont quelques uns proposés par votre serviteur lors de nos échanges).

Publicités

Un commentaire sur “APERÇU | Ruggnar, une épopée minière

Ajouter un commentaire

N'oubliez pas de nous donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :