CRITIQUE | Youtube Hero, de zéro en héros ?

Après plus d’un an d’absence, Mathieu Sommet, précédemment connu pour son émission SLG, a fait un come-back remarqué avec le Curry Club. Ce collectif de vidéastes signe sa première grosse production avec Youtube Hero, la web-série dont il sera question dans cette critique. Dites donc adieu à la review de vidéos et bonjour à la fiction. Une fiction pas comme les autres puisque basée sur l’expérience de vidéaste Youtube, ses dérives et ses coulisses, le tout avec le ton cradingue et cynique si caractéristique de l’univers de Mathieu Sommet, tête de proue et acteur principal du projet. Un mélange détonant, pas forcément étonnant mais qui mérite que l’on s’y penche un peu plus en détail.

La vérité.

C’est donc le 25 février que commence la série Youtube Hero avec son premier épisode, “La Vérité”. On y découvre deux des personnages principaux qui nous accompagneront tout au long de la saison. Nicolas (le mec à la casquette) et William (le créateur) partent à la recherche de Mathieu Sommet dans son rôle éponyme. Ils le trouvent finalement, complètement ravagé par la pression de sa vie de créateur Youtube et par la relation toxique qu’il peut entretenir avec une partie de son public. Sorti de sa torpeur, Mathieu daigne finalement aider ces deux énergumènes en mal de popularité et incapables de se lancer.

La série commence sur les chapeaux de roues avec un premier épisode particulièrement réussi qui permet de poser efficacement les bases de la série, nimbée d’humour noir et grotesque. Un épisode, qui, dans son message, se permet de pointer du doigt le comportement toxique et parfois dévastateur d’une partie de la communauté internet. Une critique, qui, si elle a le mérite d’être présente, reste cependant très en surface : ne vous attendez pas à vous griller les neurones, le sous-texte est ici quasi-inexistant. Le ton est donc posé et la recette clairement définie, place au spectacle ! Le second épisode ne dérogera pas à la règle et abordera cette fois-ci le métier de vidéaste : un épisode qui détruit l’idée du job de rêve que l’on peut s’en faire. Une situation montrée dans une dualité intéressante avec, d’un côté, le créateur de web-série qui galère et de l’autre, l’influenceur-profiteur faussement heureux et terriblement seul. On dépeint donc une réalité dure à voir à travers un miroir déformant qui vient exagérer à l’extrême le quotidien de ces deux types de vidéaste. C’est donc un début de saison prometteur, ponctué de quelques blagues graveleuses (on est client ou on ne l’est pas) qui promet un regard aigri et critique sur le fabuleux monde de la vidéo internet.

Création et Destruction de la critique

Mais dès le troisième épisode, la sauce commence à tourner au vinaigre. Toujours dans cette logique de critique youtubienne, tout y passe : vidéastes sportifs qui vendent des protéines, financement participatif, l’utilisation de la misère pour faire le buzz, les pranks… Déjà, le concept s’essouffle. L’aspect critique, toujours au premier plan, écrase peu à peu les personnages qui, condamnés à être de gentils pantins par le script, n’ont aucune chance de développer une quelconque personnalité. Les épisodes s’enchaînent et il devient très difficile de ressentir la moindre sympathie pour Nicolas et William : l’un se contente de suivre les délires de Mathieu en jouant les débiles tandis que l’autre subit les événements, fait la moue de temps en temps mais jamais ne se montre plus que ça réticent. Enfin, Mathieu, dans son rôle de mec désagréable au possible, ne devient que l’archétype du personnage incontrôlable, la page blanche parfaite pour les folies les plus extravagantes. Un personnage définitivement trop cartoonesque et trop peu développé pour s’inscrire dans l’ambition première de Youtube Hero : la comédie dramatique. Vous l’aurez compris, l’écriture des personnages souffre ici de gros problèmes de profondeur, privant de ce fait la série d’un fil rouge captivant. Une mésaventure qui laisse place à un sentiment de gâchis quand, à la fin du tout dernier épisode, Youtube Hero ose enfin s’intéresser à nouveau à ses personnages… Trop tard.

mathieu-sommet-youtube-hero-ep7
Extrait de « CRÉATION ET DESTRUCTION – Youtube Hero #7« .

Il reste cependant quelques branches auxquelles se raccrocher. Dans sa dimension purement critique, Youtube Hero réussit à mettre sur pied une sorte de synthèse (certes incomplète) de la plupart des pratiques qui peuvent animer la plateforme. Cependant, jamais le discours ne décolle. L’ensemble reste très premier degré et prend rapidement des atours de critique de comptoir : on cause, on dénonce mais jamais on analyse. À ce petit jeu, tout le monde en prend pour son grade et aucune nuance n’est apportée. Soyons clair, Youtube Hero est une série pétrie de cynisme. Mais dans les faits, le cynisme de la série se dirige davantage vers les modèles utilisés (le financement participatif par exemple) plutôt qu’envers ceux qui détournent ces systèmes à des fins malhonnêtes ou moralement discutables. Or, ce raccourci malheureux, en lieu et place de condamner le comportement des profiteurs, ne fait que discréditer à tort certaines pratiques qui, dans bien des cas, permettent d’accomplir de bonnes choses. Cracher dans la soupe c’est bien, mais faire de certains abus minoritaires une généralité, ce n’est pas mieux.

william-mathieu-nicolas-youtube-hero
William, Mathieu et Nicolas.

Ne reste alors plus que l’aspect comédie pour nous convaincre. Une comédie servie par un humour trash et des situations rocambolesques. Malheureusement, comme cela a déjà été dit auparavant, le trio de personnages principaux ne brille pas particulièrement. Ce qui est davantage un problème de fond qu’un problème de forme, les acteurs tenant très bien leurs rôles. Plus qu’un simple problème d’écriture, c’est également un problème de format : réussir à installer durablement des personnages à travers quelques épisodes de moins de 10 mins, c’est extrêmement compliqué, d’autant plus quand lesdits épisodes sont truffés de sketchs en tout genre. De l’humour parfois plus trash que drôle, souvent gratuit et pas forcément très fin qui cohabite de manière assez étrange avec quelques moments glauques (la mort d’un étudiant par exemple). Le mélange, sans être indigeste, n’est pas forcément des plus heureux. Le dosage est à revoir.

Youtube Hero, sans être une mauvaise série, souffre de nombreuses faiblesses. Au fil de ses sept épisodes, celle-ci ne cesse de se chercher, jonglant entre la critique satirique, la série humoristique et la tragédie d’un créateur désabusé. Un numéro d’équilibriste particulièrement casse-gueule dont finalement rien de brillant n’arrive à ressortir. On regrette au passage un certain manque d’identité : entre le logo et le générique repompé volontairement sur Guitar Hero, une réalisation efficace mais très académique et une photographie très commune, il ne reste guère que le personnage sous-exploité de Mathieu pour sauver les meubles. Un peu léger. Néanmoins, Youtube Hero est loin d’être un fiasco. Les acteurs incarnent parfaitement leurs personnages et les deux premiers épisodes ont laissé entrevoir le véritable potentiel de la série et le talent de l’équipe. Enfin, il est important de garder en tête que Youtube Hero est la première grosse réalisation du Curry Club : cela ne pardonne pas tout mais il y a fort à parier qu’au fil de ses productions, le collectif saura trouver son identité et nous gratifier de véritables petites perles. En tout cas, nous, on veut y croire et on les encourage !

  • Cette critique est le fruit d’une réflexion à deux par Steven et Raphaël.
Publicités

N'oubliez pas de nous donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :