The Coral Cave, l’aventure de l’Atelier Sentô

Pendant mon petit tour des stands à Animasia, j’ai découvert un petit point’n click appelé The Coral Cave. Derrière ce projet, un duo de dessinateurs, Cécile Brun et Olivier Pichard tout deux créateurs de l’Atelier Sentô. Découvrez avec moi leurs projets et leur identité.

Un point’n click coloré

Tout d’abord, parlons de The Coral Cave dont la petite démo présenté à Animasia était pour le moins intéressante. Même si je ne suis pas un grand fan de ce type de jeu, l’ambiance générale m’a fasciné et plongé dans le jeu notamment grâce aux graphismes entièrement réalisés en aquarelles.

the-coral-cave-atelier-sento

Car oui, tout ce que vous voyez sur le jeu est fait main. Même l’animation des personnages est faites à la main, à l’ancienne, ce qui est extrêmement rare et donne un vrai cachet au jeu. Alors certes, l’animation n’est pas tout le temps fluide mais ça ne dérange pas du tout l’oeil. De plus, l’ambiance sonore renforce cet univers, que ce soit par la musique ou les voix des personnages. Cependant, ne vous attendez pas à un jeu qui va révolutionner le point’n click, ça reste très classique au niveau du gameplay. Mais les mécaniques présentés (même si la démo était courte) restaient très agréables et annoncent quelque chose de sympa. Enfin, l’histoire du jeu est en accord avec l’ambiance du jeu : très onirique. Mizuka habite sur une petite île d’Okinawa. Une nuit, elle fait un rêve bizarre qui s’annonce être prémonitoire sur le sort de son île. Mizuka va donc devoir mener l’enquête pour essayer de sauver son île.

Un duo derrière les aquarelles

Mais il faut aussi parler des créateurs de The Coral Cave : Cécile Brun et Olivier Pichard. Ce duo de dessinateur est derrière l’Atelier Sentô. Leur envie : faire découvrir un côté moins exposé de la culture japonaise. Par exemple, ils ont réalisé un roman graphique nommé Onibi. Inspiré de leurs voyages au Japon, ce livre parle de ce pays et de sa relation avec le monde des esprits, celui des Yōkais. Je vous conseille de visionner le trailer du livre qui vous présente bien le style graphique de l’Atelier Sentô. En plus de cela, le duo propose des expositions de leurs travaux sur leurs différents projets. Enfin, ils ont travaillé avec des écoles d’Arts pour réaliser des petits jeux dans le même genre de The Coral Cave mais bien plus court. Pour en savoir plus sur leur travail, j’ai contacté les créateurs qui ont gentillement accepté de répondre à quelques questions :

atelier-sento-cecile-olivier
Visuel issu des chroniques de l’Atelier Sentô sur indiemag.fr.

Steven :  Pouvez-vous présenter votre atelier et nous parler un peu de votre parcours ?

atelier_sento_logo_medaillonNous sommes 2 dessinateurs qui travaillons sur des projets en duo sous le nom d’Atelier Sentô. Cécile a fait des études de japonais et Olivier une fac d’arts plastiques. C’est en voyageant et en faisant des aquarelles en extérieur que nous nous sommes vraiment formé en dessin.

S : Comment avez-vous créé votre duo ?

atelier_sento_logo_medaillonAprès avoir vécu une année ensemble au Japon en 2009, nous sommes rentrés en France avec l’envie de créer des projets à partir de nos souvenirs communs. C’est comme ça qu’est né l’Atelier Sentô.

S : Qu’est-ce qui vous a attiré dans la culture japonaise ?

atelier_sento_logo_medaillonContrairement à d’autres pays que nous aimons aussi, au Japon, ce sont tous les aspects de sa culture qui nous intéressent: cinéma, cuisine, artisanat, littérature, mais aussi problèmes de société, vie quotidienne etc.

S : Qu’est-ce qui vous a marqué le plus dans vos voyages ?

atelier_sento_logo_medaillonLe dessin est présent partout au Japon : sur les publicités, les emballages, les poteries, les panneaux de signalisation… Il y a cette idée qu’un petit dessin (même maladroit) fera toujours plaisir, apportera une touche de chaleur. Voyager au Japon, c’est plonger dans un monde rempli de dessins et de graphismes.

S : Qu’est ce qui vous passionne dans la culture japonaise ? Que voulez vous transmettre ?

atelier_sento_logo_medaillonAu Japon, on continue d’inventer des créatures imaginaires, de créer des festivals dans les campagnes etc. Il ne s’agit pas de tradition ancrée dans le passé : le folklore japonais continue de se créer dans la société contemporaine. C’est un processus qui nous plait et auquel nous participons à notre échelle en racontant des histoires.

S : Comment se déroule le processus de création du jeu ?

atelier_sento_logo_medaillonThe Coral Cave est entièrement dessiné à 4 mains, sur papier, à l’aquarelle. Comme nous sommes dessinateurs de BD à la base, nous sommes partis de zéro, mais en 5 ans, nous avons appris à faire de la programmation, de l’animation, de la musique, etc. C’est un projet très enrichissant.

S : Quels sont ces problèmes de société au Japon qui vous intéressent tant ?

atelier_sento_logo_medaillonLe Japon est une société très communautaire qui tend à isoler les individus dès lors qu’ils se sentent une différence avec le groupe. Or, chaque être humain est différent et donc nécessairement isolé et dans l’incapacité d’exprimer sa particularité en société. La solitude profonde fait partie des sujets qui nous passionnent. Mais il y en a beaucoup d’autres !

S : La culture japonaise semble en tous points très différente de la notre. Est-ce vrai ? Qu’est-ce qui nous rapproche ?

atelier_sento_logo_medaillonEn réalité, le quotidien dans le Japon contemporain est plus proche du notre que celui du Maroc par exemple. Mais plus on se ressemble, plus on remarque les différences. La plupart des critères de société sont les mêmes que les nôtres : se marier, trouver du travail, gagner de l’argent, faire du shopping le week-end, regarder la télé le soir, être mince… Mais chaque petite variation procure un sentiment de dépaysement total. On se dit « tiens, le soleil se lève vers 5h et se couche très tôt, les maisons sont rarement isolées, les fils et poteaux électriques strient le ciel etc. » C’est une accumulation de détails qui en disent long sur les différences de pensée et de préoccupations entre nos cultures.

S : Vous parlez de traditions qui ne sont pas ancrés dans le passé. Est-ce qu’il n’y a donc pas de discussion sur la crainte d’une disparition de la culture au Japon comme on peut la voir en Europe ? Si oui, selon vous, pourquoi cela n’existe pas et qu’avons nous à apprendre ?

atelier_sento_logo_medaillonEn vérité, beaucoup de choses se sont perdues et certaines ont été sauvées de justesse: Les yôkai ont été répertoriés par des gens comme Lafcadio Hearn, un anglais du 19ème sciècle parti dans les campagnes japonaises pour écouter et retranscrire par écrit les récits folkloriques à une époque d’occidentalisation de l’archipel. Le mangaka Shigeru Mizuki a également contribué à remettre au goût du jour les créatures surnaturelles japonaises dans l’après-guerre. Nous ne disons pas que rien ne s’est perdu mais nous avons l’impression que de nouvelles choses se créent de nos jours qui entretiennent l’imaginaire collectif. Constituer un folklore, c’est une démarche culturelle qui pousse vers l’avenir. La France semble simplement tournée vers son passé et peine à se projeter dans l’avenir.

S : Avez-vous eu des difficultés dans la programmation et même dans le game design ? Quel conseil donneriez-vous à des artistes qui veulent faire cette démarche ?

atelier_sento_logo_medaillonOui, c’est nouveau et difficile pour nous de travailler sur la programmation et le game design : concevoir des énigmes intéressantes, c’est ce qui nous prend le plus de temps. Olivier doit tenir compte de ce qu’il maîtrise en programmation, de la difficulté proposée au joueur, de la cohérence de l’énigme dans l’environnement et l’histoire et aussi de l’économie de moyen car nous ne sommes que 2 à faire le jeu. Il faut minimiser le nombre de décors et d’animations à réaliser. Nous conseillons aux gens de commencer par un projet très court pour se former. A côté de The Coral Cave, nous réalisons plusieurs petits jeux en ateliers avec des enfants et des lycéens sur 1 ou 2 jours. C’est très formateur et stimulant.

Publicités

2 commentaires sur “The Coral Cave, l’aventure de l’Atelier Sentô

Ajouter un commentaire

  1. J’avoue ne pas être fan de ce genre de jeux, mais là, ça me donne trop envie. Déjà parce que c’est magnifique et parce que ça m’a l’air assez profond. Merci pour la découverte et belle critique !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire ^^ . Je pense surtout que ce que tu trouveras dans ce jeu sera surtout une profondeur culturelle, quelque chose qui va vraiment travailler sur les mythes japonnais. Mais oui, je pense que ça peut plaire même à des non-fan même si ça pourra des fois être par petites doses. L’ambiance est vraiment sublime

      Aimé par 1 personne

Et si tu nous donnais ton avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :