Ouragans dévastateurs : auraient-ont pu éviter le pire ?

Harvey, Irma et José : voici le nom des trois ouragans qui ont touché les caraïbes et l’Amérique. Après des destructions monstrueuses et des vents records, il est urgent de tirer des leçons de ces tragiques événements qui pourraient bien devenir une norme dans un futur proche...

Un événement unique à ce jour

La première chose à dire, c’est que cette saison des ouragans (pour l’Atlantique Nord) est l’une des plus active de ces dernières années. Cette saison a déjà connu 14 systèmes cycloniques dont 9 ouragans (au 12 septembre 2017) et la saison ne devrait se terminer qu’en Novembre 2017. En comparaison, l’année 2016 a connu 15 systèmes cycloniques dont 7 ouragans. Il faut remonter vers 2010 pour trouver une saison qui ressemble à celle-ci avec, à la fin, 19 systèmes cycloniques dont 10 ouragans : à la même date, il n’y avait que 5 ouragans qui s’étaient formés. De plus, il est assez rare de voir des cyclones aussi puissants et resserrés dans les terres. Et tout cela s’est fait dans une saison qui devait être normale ce qui posent pas mal de questions sur les raisons de ces événements.

ouragan-Harvey
Inondations de Houston après l’ouragan Harvey. (Crédits : David J. Phillip/AP/SIPA)

La température moyenne des océans augmentant doucement mais surement, le réchauffement climatique semble être un facteur assez important dans l’équation. Cette température est l’un des facteurs de la création des ouragans. Pourtant, le terme de “réchauffement” ou de “dérèglement du climat” sont très peu utilisés et le sujet du traitement de ce problème mondial reste assez flou. Il reste incroyable de passer sous silence un tel sujet quand les catastrophes naturelles s’enchaînent de plus en plus rapidement, sans compter que ce n’est qu’une partie du globe que nous avons traité ici. N’oublions pas l’ouragan qui a frappé Puerto Rico par exemple.

Un sujet sous-traité

Il faut bien dire que ce sujet n’est que rarement abordé dans les débats en général. Mais après un événement si dramatique, peut-on enfin se poser la question de « comment régler le réchauffement climatique » ? Car entre ces derniers événements et tout ce qui se passe dans le monde depuis ces dernières années, il est difficile de nier notre impact sur le climat. Pourtant, dès que l’on parle de ce problème, les solutions se font rares en plus d’être assez évasives. Alors bien sûr, il y a le fait d’économiser l’énergie, de faire attention, de ne rien gaspiller etc… Mais, il n’y a pas de vraie proposition pour changer, par exemple, les industries polluantes et pas d’infos sur les investissements dans les énergies vertes. On pourrait aussi parler de la situation des forêts tropicales qui sont passées sous silence alors que cela reste un sujet important pour lutter contre la pollution. À la place, on a une course à l’image la plus choquante, celle qui attirera le plus l’attention du public. Ou sinon, on a un reportage tire-larme qui montre les désastres d’un événement monstrueux juste avant de passer au sujet suivant. Il serait grand temps de s’attaquer en profondeur au cœur du problème.

bfm-tv-ouragan-josé
Ah bah ça va alors, si José n’est pas passé par là… (Source : https://goo.gl/NjfUei

Les DOM-TOM en décalage

Un autre gros soucis : le manque d’aide et d’infrastructure pour les DOM-TOM. Saint-Martin, par exemple, a facilement été soufflé  par les ouragans alors qu’elle se trouve dans une zone à risques. Les bâtiments auraient dû être pensé pour résister à ce genre d’événement. De plus, l’aide a mis du temps et l’organisation a été plus que compliqué. Pourtant, tout devrait être prévu bien avant pour échapper à un tel désastre qui, même si son intensité était impressionnante, était assez prévisible. Il faut donc repenser notre lien avec les DOM-TOM et leur donner les moyens de pouvoir se débrouiller (au moins pour un certains temps) seul durant une catastrophe. De plus, si le réchauffement climatique continue à s’aggraver, il risque d’y avoir des mouvements de populations des DOM-TOM vers la métropole, phénomène qu’il faudra gérer. Cela montre encore plus qu’il faut s’occuper de notre problème de pollution.

saint-martin-ouragan-irma
Saint-Martin, après le passage de l’ouragan Irma.  (Crédits : AFP)

Un mouvement encourageant ?

L’un des autres points qui était immanquable pendant ces désastres, c’est la compassion et l’entraide qui s’est rapidement créé. Aux États-Unis, de nombreuses entreprises ont fournis du matériel et des vivres gratuitement pour endiguer le plus que possible les dégâts des ouragans. Il y a eu aussi en France une rapide mobilisation avec des événements comme le Zevent qui a soulevé plus de 450 000 euros.

ZEvent-team-2017
Les participants du Zevent, stream jeu vidéo caritatif  soutenu par la Croix Rouge française. (Crédits : Timo Verdeil)

Ces gestes, qui se sont multipliés, ont montré qu’il y a toujours une envie d’aider l’autre dans une société toujours plus individualiste. C’est d’ailleurs le président de la Croix Rouge française qui l’avait souligné, “Ce monde n’est pas tout à fait égoïste. Je pense qu’on veut en faire un monde égoïste…”. Mais ces mouvements de générosité doivent évoluer vers une prise de conscience et l’envie de ne pas revoir/revivre de tels désastres. Car quoi qu’il arrive, si nous revenons à notre petite vie tranquille sans envie de faire changer les choses, ces mouvements d’entraide vont à leur tour se banaliser et perdre peu à peu leur impact. Or, plus que de piqûres de rappel, c’est d’un véritable travail de fond dont nous avons besoin pour l’avenir.

Ça ne doit pas devenir normal

Ce qu’il faut finalement retenir de cette saison des ouragans, c’est que son caractère exceptionnel pourrait, à terme, devenir extrêmement banal. Que ce soit dans le traitement de l’information, ou que ce soit dans sa régularité, nous risquons de nous habituer à tout cela. Pour les victimes actuelles et celles à venir, il est avant tout nécessaire de s’atteler à réfléchir à des solutions préventives et agir activement pour endiguer le réchauffement climatique, cause non négligeable de ces terribles catastrophes. Le dérèglement climatique, problématique encore trop sous-jacente de notre société, est déjà devenu une réalité. Ses conséquences, déjà dévastatrices, pourraient devenir bien plus grave encore si nous ne faisons rien…

Publicités

Un commentaire sur “Ouragans dévastateurs : auraient-ont pu éviter le pire ?

Ajouter un commentaire

Et si tu nous donnais ton avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :