L’oubli du ciel

Il y a quelques temps, j’ai passé un week-end à Limognes en Quercy pour y faire de l’observation astronomique en profitant de la faible pollution lumineuse de la région. Ce fut magnifique et le ciel fut splendide : il brillait de mille feux. Malheureusement, aujourd’hui, le ciel de nos villes s’est éteint avec l’illumination de nos rues. Alors parlons de notre oubli du ciel et de ce que nous ratons.

Perdu dans un coin de l’univers

Commençons par un constat : nous ne voyons plus grand chose dans le ciel. Dans le ciel nocturne urbain, nous ne voyons que quelques constellations et on n’observe même pas notre propre galaxie là où nous nous trouvons. Ce qui est d’ailleurs assez drôle c’est qu’aujourd’hui, avec toutes les histoires de Science-Fiction, on adore voir ces mondes complètement fous avec des ciels incroyables alors que l’on cache le nôtre. Oui, notre ciel est plus qu’extraordinaire : une lune qui est juste 4 fois plus petite que notre planète et qui nous permet des éclipses solaires splendides, c’est pas sur Mars que vous verrez cela.

eclipse-solaire
Une éclipse solaire.

Un ciel remplit d’étoiles, un petit nuage qui est une galaxie qui se rapproche de plus en plus vers nous et un tracé de lait qui représente l’endroit où nous vivons. Vous pouvez imaginer tout ce que vous voulez mais si un jour vous avez la chance de voir de vos propres yeux un ciel sans pollution lumineuse, vous risquez un bon gros torticolis.

ciel-étoilé
Le ciel étoilé. (Crédit photo : Aline Raboisson)

Mais ce que ce ciel nous indique surtout, en plus des rêves qu’il nous donne, c’est le vide qui existe dans l’Univers, le fait que nous sommes seul à des années lumières. Oui, la nuit peut bien porter conseil en nous montrant qu’il n’y a bien qu’une seule maison pour l’Humanité et que c’est bien ici, sur notre bonne vieille Terre. Au final, en éclairant notre sol, nous oublions notre place, notre taille, notre rôle qui tient du néant dans cette mécanique céleste qui se joue sans discontinuer, que l’humain existe ou non.

Astronomes éblouis par des étoiles de Terre

Mais en plus de relativiser notre place dans l’univers, la pollution lumineuse gâche aussi l’attrait pour l’astronomie. En effet, il est déjà assez dur pour des clubs d’astro amateur de montrer des objets exotiques comme des galaxies ou des nébuleuses en temps normal, alors avec la pollution lumineuse, à par montrer les planètes comme Jupiter, Mars, Saturne ou Neptune, il n’y a plus grand chose à voir. Certes, ces objets sont géniaux à observer pour n’importe quel observateur débutant ou expérimenté, mais il faut aussi avouer que, malheureusement, ça n’attire pas forcément quelqu’un qui ne serait pas intéressé par l’astronomie. On peut aussi ajouter que le ciel, qui est peu attrayant dans nos grandes villes, ne donne pas forcément envie d’aller faire de l’observation et de s’initier à la discipline : voir dans le ciel un nombre d’étoiles qui se compte sur les doigts d’une main, ça ne fait pas forcément rêver.

camp-observation-étoiles
Un camp d’observation d’astronomes en herbe. (Crédit photo : Aline Raboisson)

Protégeons notre ciel pour aider notre Terre

Je suppose que certains me trouveront très poétique très loin des “vraies priorités” de la vie. Cependant, cette pollution lumineuse pose beaucoup d’autres problématiques autres que de simplement nous cacher les étoiles. Premièrement, les éclairages urbains perturbent les cycles de sommeil de tous les êtres vivants aux alentours (nous y compris) ce qui peut mettre en danger certaines espèces. De plus, certains animaux peuvent être désorientés à cause de cela. On peut facilement le voir rien qu’avec tous les insectes qui volent près des lampadaires ce qui peut créer des déséquilibres dans l’écosystème. Jean-Philippe Siblet, directeur du service du patrimoine naturel au Muséum national d’histoire naturelle expliquait dans Science et vie« les chauves-souris qui accourent pour se nourrir des insectes présents finissent par consacrer trop de temps à l’alimentation et pas assez à la reproduction”. Et ce n’est pas tout. Loin de se limiter à un impact direct sur notre écosystème, l’omniprésence d’éclairage artificielle implique une production massive d’électricité, donc de nombreuses infrastructures. Vous voyez où je veux en venir. Mais il est vrai que vu les enjeux écologiques qui nous attendent, limiter notre consommation énergétique de nuit, où elle est bien moins utile, pourrait être une solution. Ainsi la lutte contre la pollution lumineuse pourrait, à terme, devenir un atout contre la pollution tout court. Et si vous n’êtes toujours pas convaincu, sachez également que tout cela à un coût, aussi bien financier qu’en matières premières en provenance d’autres pays. Réduire notre production de lumière permettra de belles économies pour notre pays.

Brisbane-City-Night
La ville de Brisbane en Australie, de nuit.

La nuit tous les lampadaires sont gris

Que ce soit pour conserver les écosystèmes qui nous entourent, dans un soucis d’économie d’énergie ou pour nous faire prendre conscience de notre place dans l’univers, la lutte contre la pollution lumineuse est à prendre au sérieux. Et pour cela, il y a différentes solutions : supprimer tous les néons des commerces fermés la nuit, éteindre un lampadaire sur deux sur les autoroutes, bien rediriger la lumière etc… Ces quelques propositions, extrêmement simples à appliquer pourrait, à terme, diminuer non seulement la pollution lumineuse mais aussi la consommation d’énergie. Bien sûr, il n’est pas ici question de supprimer l’intégralité des éclairages nocturnes mais bien d’éviter un surplus de lumière inutile. Plus généralement, il ne s’agit ici que d’un exemple d’une problématique plus vaste, celle de la régulation  de nos sources de consommation d’énergie.

Pour une société qui à son imaginaire imprégné par la conquête de la Lune et de nombreux biens culturels abordant l’espace, c’est une grande ironie que de savoir que nous ignorons des notions tout aussi enchanteresse que nos fictions, à l’image de la mécanique céleste ou des constellations qui ne cessent de tourner dans le ciel juste au-dessus de nos têtes. Certes, le ciel de minuit n’arrêtera pas les guerres et la folie des Hommes, mais il peut inspirer n’importe qui à aller plus loin, à se laisser rêver à réaliser ses rêves les plus fous. Et surtout, n’oublions pas une chose : avant de vouloir à tout prix voyager dans l’espace au milieu des étoiles, la moindre des choses, ce serait déjà de les voir.

Publicités

4 commentaires sur “L’oubli du ciel

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour,

    Je suis d’accord avec tout ce qui est dit dans cet article ! Merci pour l’avoir dit ! Je ferai aussi un article sur mon blog d’astronomie pour parler de cette problématique.
    Il n’y a pas seulement les astronomes amateurs qui sont impactés effectivement.

    Pour les commerces normalement il y a une loi qui est passée il y a déjà quelques années je crois (ou alors je confond avec la ville dans laquelle j’habitais à l’époque ?).
    Quoi qu’il en soit il faudrait qu’il y en ait une, avec de vrais contrôle. Parce que juste ça déjà, c’est hallucinant.
    Comme la consommation en électricité des affichages publicitaires lumineux -dans le métro notamment-.

    La conclusion est juste super belle et très juste : « Certes, le ciel de minuit n’arrêtera pas les guerres et la folie des Hommes, mais il peut inspirer n’importe qui à aller plus loin, à se laisser rêver à réaliser ses rêves les plus fous. Et surtout, n’oublions pas une chose : avant de vouloir à tout prix voyager dans l’espace au milieu des étoiles, la moindre des choses, ce serait déjà de les voir. »

    Merci !

    Aimé par 1 personne

Et si tu nous donnais ton avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :