Le Journalisme est-il en péril ?

Du plus grand exploit de l’humanité à l’histoire la plus sordide, les journalistes ont toujours été là pour retranscrire l’information à ses lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs. En particulier, le Journalisme a toujours été quelque chose de très important, notamment pour le bon fonctionnement d’une démocratie : sans ça, beaucoup d’affaires seraient passé sous silence. Pourtant, les français ne font plus confiance aux médias. Pourquoi ce désaveu ?

Entre dépendance financière et indépendance morale

La première grosse critique qui est fait aux médias, c’est leur affiliation aux milliardaires : les infos données seraient contrôlées pour ne pas contrarier le propriétaire. Il faut bien dire que l’on a déjà vu plusieurs affaires où des journalistes (comme par exemple avec les anciens d’iTélé contre Bolloré) et des présentateurs (ex : Yves Mourousi et Marie Laure Augry contre Bouygues) ont rencontré de gros problèmes pour vouloir montrer des dossiers compromettant leurs patrons ou pour simplement vouloir une ligne éditoriale différente que celle demandée par les actionnaires. De plus, l’impératif pour les chaînes d’infos en continu de devoir toucher des parts de marché les amènent à sélectionner les informations qui plairont à leur public ou en tout cas qui les marquera le plus.

média-français-possession
Infographie réalisée par Le Monde diplomatique, Acrimed et le PPA.

Mais il existe aussi plusieurs sites d’information se finançant de façon plus indépendante comme Mediapart par exemple. En effet, le site fonctionne grâce à un système d’abonnement qui finance leur activité à 60%. Mais ce système n’est possible que sur Internet grâce à des infrastructures moins importante, ce qui réduit donc les coûts de fonctionnement de la structure. En revanche, on pourra aussi remarquer que le contenu de ces différents sites ne sont que rarement regardé par les internautes, à l’image des différentes vidéos sur Youtube d’Explicite où il donne, entre autre, la parole aux français.

explicite-journalistes-associés
Explicite, média d’actualités et de décryptage uniquement présent sur les réseaux sociaux.

Le rythme de l’info devient frénétique

Un autre véritable problème, assez récent, c’est l’accélération de l’information. Aujourd’hui, l’information se diffuse 24h/24, à grand renfort de chaînes d’information spécialisées et de réseaux sociaux en tout genre : nous sommes inondés de flux d’images et de rumeurs improbables. Cette accélération a donc poussé les médias à changer leur tactique, en décrivant plutôt qu’en décryptant l’actualité. Cela pose deux gros problèmes : de un, le fait de devoir trouver des images et des nouvelles “news” rapidement fait baisser la qualité de l’information. Celle-ci n’est pas forcément vérifiée, le seul but étant de lancer le scoop avant son voisin.  En résulte des informations parfois fausses. De surcroît, le manque cruel d’analyse de l’information ne met aucun filtre entre le spectateur et l’information ce qui laisse la possibilité à des personnes de manipuler les faits à leur guise.

bfm-tv-priorité-au-direct
BFMTV et sa désormais célèbre « Priorité au direct« .

Le deuxième gros problème, c’est l’instantanéité de ce mode d’information. Les news en tout genre affluent tellement rapidement qu’elles ne laissent jamais de réelles traces, de traces durables dans nos esprits : elles revêtent alors moins d’importance dans le moyen-long terme. Un bon exemple, l’affaire Fillon qui n’a créée aucun débat sur la façon de réguler le financement des élus.

Le politique écrase les médias

Un autre point qui rend la critique envers les médias de plus en plus acerbes est causé par certains de nos politiques qui crient souvent aux complots soi-disant fomentés par les journalistes. On l’a vu, beaucoup vu, trop vu même, pendant cette élection avec la plupart des candidats se disant contre le système. Ce serait leur punition.

Alors il est vrai, un journaliste peut avoir un point de vue sur un candidat et, comme on l’a dit avant, il peut être influencé par le détenteur de son journal : nous sommes donc loin de disposer du système d’information neutre dont nous aurions véritablement besoin. Mais crier directement au complot est un suicide de la pensée, ni plus ni moins. On ne peut pas résumer tous les médias d’informations aussi rapidement sans qu’il n’y ait de l’amalgame, et c’est ce qui se passe. Quand on fait passer l’idée que les journalistes racontent des mensonges pour contrôler l’élection, on menace la démocratie. on menace le travail des  journalistes qui sont là pour enquêter sur les possibles excès de nos élus.

Les fausses informations

Mais ce qui pose bien le plus de problèmes, c’est la grande vague des fausses informations qui touchent tout le monde, de la gauche à la droite. En effet, entre les scandales créés avec trois bouts de ficelles ou des chiffres sortis de nulle part, les réseaux sociaux sont envahis de vieux traquenards pour appuyer n’importe quelle idée politique. Le truc avec cela, c’est que ces “fake news” (pour une fois que ça sera vraiment utile) prônent elles aussi le fait que tout le système médiatique est corrompu et donc que leurs infos ne sont pas diffusées car ça ne plairait pas aux médias et surtout au complot qu’il cacherait.

decodex
Certains médias s’unissent pour créer des outils visant à dénicher ces « fake news« . Ici, « Les Décodeurs » et leur « Décodex » par Le Monde.

On pourrait se dire qu’il serait simple de démontrer que ce sont des mensonges mais c’est plus compliqué. D’abord, prouver que quelque chose n’existe pas prend du temps et, surtout, les sites qui balancent souvent ces fausses rumeurs se légitiment, se galvanisent par le biais de leur crédule lectorat puisque ceux-ci les citent comme autant de vérités. Donc plus de personnes croient en la véracité d’une information, plus celle-ci paraîtra vrai pour tous.

Devenons acteurs de l’information

Alors quoi faire pour améliorer nos médias et éviter ses sites qui diffusent des mensonges ? Tout d’abord, il serait de bon ton d’arrêter de croire aveuglément que les médias nous diffusent l’information en toute objectivité. Les médias ne peuvent clairement pas faire tout le travail pour nous. De plus, nous devons nous forcer à croiser différents sources qui auront donc différents points de vue : recouper ces informations permet de se faire une idée plus proche de la réalité et pas de celle qui nous plaira. Enfin, on doit aussi penser à soutenir financièrement les journaux ou des sites d’infos qui fournissent la plupart des informations, pour leur permettre de garder une certaine indépendance. Certes, ces aides financières peuvent venir de l’Etat mais nous devons aussi nous forcer à aller acheter les journaux qui peuvent fournir une vraie critique indépendante, sans compter que les journaux gratuits sont rarement d’une très bonne qualité…

Finalement, battons nous pour avoir l’information que l’on mérite et battons nous aussi pour la mériter.

Publicités

Et si tu nous donnais ton avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :