La drôle de politique de Nintendo

Nintendo. Le géant japonais. Le plus vieux constructeur de console encore sur le marché. Un éditeur de jeux fiables. Un dictateur des droits d’auteur sur les vidéos Youtube. Je pourrais continuer la liste encore longtemps tant Nintendo est tellement de chose à la fois. Penchons nous sur le cas de ce “géant japonais le plus vieux constructeur de console encore sur le marché éditeur de jeux fiables et dictateur des droits d’auteur sur les vidéos Youtube”.

De la Wii à la Switch : des projets de consoles originaux

Tout d’abord, quand on parle de Nintendo, on parle bien sûr du constructeur de console légendaire qui, depuis la NES, a toujours trouvé sa place entre de nombreux concurrents qui se sont succédé : il a gagné sa petite chamaillerie avec Sega, il a survécu à la vague Sony et sa Playstation avec la Nintendo 64 (fallait le faire quand même), et aujourd’hui, il domine le monde de la console portable et cherche encore le digne successeur de sa Wii (la Wii U ? Qu’est-ce que c’est ?).

wii-nintendo-console
La célèbre Wii, sa sortie date de 2006.

Donc pour comprendre le programme de Nintendo sur les consoles de salon on va commencer par la Wii. Au lancement de la Wii, Sony/Playstation a imposé sa domination totale sur le marché, Microsoft/Xbox s’est pris une bonne gifle dans la tronche et Nintendo recule petit à petit avec sa Gamecube qui est une bonne console mais n’arrive pas à le prouver. Bref ça sent le sapin et on sent qu’on risque d’avoir un Sega bis (RIP). Nintendo doit convaincre un nouveau public mais malheureusement, Sony/Playstation tient une bonne avance et essayer de faire un grand bond technologique risque d’être très dur et très coûteux à la marque. De plus, Nintendo n’arrivait pas à attirer des éditeurs tiers sur sa GameCube. Donc Nintendo sort sa Wii, une console qui vise clairement le grand public, grand oublié des consoles. Les campagnes publicitaires l’ont d’ailleurs bien montré : on voit du papy en train de rigoler, des frères et sœurs qui ne se gueulent pas dessus, des mamans contentes de faire du “sport” sur une planche. Bref. La famille parfaitement détestable.

wii-pub-tv-famille
Caroline, Kévin et leurs parents, Pascal et Brigitte, tout sourire quand ils jouent à Wii Sport.

La console aussi sent bon la famille, surtout au niveau de la manette : pas besoin de connaître les boutons, juste besoin de faire le guignol. Le succès est immédiat, éclatant au passage, les autres consoles qui se vantaient de graphismes HD alors que la Wii, elle, était la seule avec son câble péritel. Donc on se dit que Nintendo n’a juste qu’à surfer sur la vague. Non. Nintendo a de la ressource et vise plus loin. Voyant que les tablettes commencent à avoir un grand succès dans les familles, de la tablette high-tech à la tablette pour gamin, ils se disent qu’ils ont trouvé le bon filon… Et là BINGO c’est raté. Mais genre sur toute la ligne. Même si la console n’est pas trop mal et qu’il y a quelques bon, voire de très bon jeux comme Splatoon par exemple. Mais bon, entre la communication ratée, la mablette jamais utilisée (même dans les productions Nintendo) et l’absence de jeux, tous ces éléments ont littéralement enterré l’espoir d’un potentiel succès. Et donc, on arrive à ce moment où Nintendo doit remettre un gros coup de pied au cul à ses ventes de consoles.

wii-u-nintendo-console
La Wii U, seconde console de la honte pour Nintendo (juste derrière le Virtual Boy).

Soudain, sort le trailer de la Switch. Avec cette console transportable, facilement installable un peu comme la DS, Nintendo se recadre sur les joueurs occasionnels et sur le public des 20-30 ans. Bien qu’on remarque une volonté de séduire à nouveaux une partie des pro-gamers, je ne pense pas que cette console leur soit entièrement dédiée. Nintendo veut conserver aussi bien sa base de joueurs habituelles que ramener ceux qui ont pu aller voir chez la concurrence, d’où cette volonté de mettre en avant son catalogue plus diversifié avec Skyrim ou NBA2K. Nintendo veut garder son image d’entreprise familiale et conviviale en montrant par exemple une petite fête sur le toit d’un appart (chose plus irréelle qu’un plombier italien qui saute dans un tuyau) gardant cet esprit de rassembler les personnes, plutôt que de les séparer chacun dans son coin avec pour seul lien avec le monde extérieur Internet. De plus, la communication de la console est quand même plus léché que celle de la Wii U et on sent qu’il vont dans le bon sens même si la Switch soulève encore beaucoup trop de questions pour être sûr d’un succès flagrant.

nintendo-switch-console
La Switch, nouvelle console de Nintendo qui aura la lourde tâche de réconcilier la marque avec les joueurs.

Donc sur les trois consoles, on a bien une politique qui vise toujours la famille ou en tout cas des joueurs non-initié avec plus ou moins de succès.

La Nintendo Classic Mini: NES, l’exploitation du rétro

Mais s‘il y a une autre nouveauté (on peut dire que c’est une nouveauté ?) qui a fait pas mal de bruit, c’est la Mini: NES. Cette petite console révolutionnaire va vous prendre votre pognon (et le mien sûrement) pour vous faire revivre tous les classiques (dans la limite des stocks disponible) de la NES. Pour 60 euros, même si maintenant le prix a juste explosé à cause de ruptures de stock malheureuse, vous aurez le droit de jouer à 30 jeux sur votre écran de télévision Full HD avec une NES en mode Kawaii. Bon c’est sûr, ils ne se sont pas trop foulés pour trouver cette idée vu que leurs amis de chez Sega avait faisait déjà ça avec la Sega Megadrive Classic qui a quand même 80 jeux. Mais la réalisation de la console est plutôt pas mal et, surtout, ça risque de faire une belle cagnotte pour amortir la taule de la Wii U. Je me demande comment ils feront dans 20 ans pour faire une compilation des jeux de la Wii U… Mais quoi qu’on en dise, la Mini: Nes est une excellente idée qui rajoute du beurre dans les épinards même si ça donne une image d’entreprise qui sort du réchauffé.

mini-nes-classic-edition-nintendo
La Nintendo Classic Mini: NES. La dernière console de Nintendo sorti à ce jour. Et Ouais.

Des jeux réchauffés et quelques nouveautés

Bon c’est bien joli tout ça mais même s’il crée des plateformes de jeux, Nintendo c’est aussi un éditeur-développeur de jeux. Et en ce moment, on a l’impression que le développeur nippon est en sommeil. Mais est-ce vraiment le cas ? Certes Nintendo adore ressortir pour la 60 ème fois son petit Super Mario Bros, son Mario Party, son Mario Kart et son Mario va se battre avec ses amis ou son Mario va collaborer avec son ancien concurrent bleu etc… Mais il faut aussi avouer que Nintendo a développé son catalogue de jeu. Depuis la Wii, on a vu l’apparition de : Pikmin, Super Mario Galaxy, Wario Ware, Splatoon (premier TPS de Nintendo) et bien sûr Wii Sport, jeu qui a révolutionné notre façon de jouer.

splatoon
Splatoon, la dernière licence originale de Nintendo à ce jour.

Bon, cette fois-ci sans mesquinerie, Nintendo a aussi réussi à faire évoluer ses grandes séries. Car même si Super Mario Bros a vraiment pris la poussière, les autres franchises ont connus des évolutions. La série Zelda par exemple a pris un virage casual pour convaincre les familles qui achetaient la Wii. Les graphismes du jeu ont bien évolué eux aussi, avec une direction artistique qui fait penser aux mangas et aux animés.

zelda-comparaison-link-twilight-princess-skyward-sword
Comparaison entre deux épisodes de The Legend of Zelda. On voit clairement l’évolution graphique de la série.

On peut aussi parler de Pokémon qui a doucement évolué au fil des épisodes pour au final devenir un concours de danse à grand coup de capacité Z (moi taquin ?). Cependant, l’évolution de leurs séries reste assez douce et certains “nouveaux” jeux ne le sont pas tellement. On peut parler des jeux de plateforme qui sentent trop souvent le réchauffé. Au final, Nintendo nous propose une bonne variété de jeux qui évoluent doucement et parfois nous apportent de jolis nouveautés sucrées qu’on voudraient peut-être plus nombreuses. De plus les jeux sont en général de bonne qualité et rarement bâclés ce qui devient plutôt rare.

Une politique violente sur Internet

Même si on a parlé de Nintendo, le gentil éditeur, il faut reconnaître qu’il a aussi de très grosses casseroles derrière lui et je ne parle pas seulement des jeux Zelda sur Philips CD-I. Non, je parle de l’attitude de Nintendo sur Internet. Oh oui, il y a beaucoup de choses à dire. Tout d’abord, on va parler de leur politique plus que douteuse sur Youtube ou aussi comment prendre de l’argent là où on vous fait de la pub. En effet, Nintendo a plus d’une fois essayé de récupérer de l’argent sur les vidéos Youtube. Première tentative : le braquage avec le Youtube ID. Le principe lancé en 2013 est simple : vous faites une vidéo sur un jeu de Nintendo ? Le Youtube ID vous snipe et vole… pardon redonne l’argent à Nintendo. Bizarrement, l’idée n’a pas trop fait son effet, levant un grand tôlé sur la Toile. L’entreprise japonaise recule donc mais pour mieux revenir. En 2014, elle lance un système d’affiliation pour rendre tout cela plus acceptable. Le principe ? Vous laissez un petit message bateau pour montrer votre affiliation et vous gagnez 60% à 70% des recettes de votre vidéo. Si c’est pas beau ça.

nintendo-réclamation-droit-auteur-youtube
Un exemple de revendication par Nintendo sur une vidéo Youtube.

Bon clairement Nintendo n’arrive pas bien à voir le potentiel des vidéastes pour promouvoir leurs jeux, surtout que, comme on l’a dit, les derniers jeux sortis ont étaient de bonnes qualités et n’ont pas attiré beaucoup de critiques (même si certains n’ont pas non plus apporté de l’excitation). Peut-être que Nintendo veut vraiment contrôler la communication sur ses jeux en perdant surement de la visibilité. Autre polémique sur Internet à cause de certaines décisions de Nintendo, c’est bien entendu les fanmades “Lucky-Luke” : les fanmades qui disparaissent plus vite que leurs ombres. Bon on va pas faire la liste des disparus, ce serait bien trop long, mais on peut se demander pourquoi cette envie suprême de tout supprimer ?

am2r-return-of-samus-metroid-nintendo-fanmade-remake
AM2R Return of Samus, un remake de Metroid 2 réalisé par un fan et distribué gratuitement sur internet, une des nombreuses victimes de la politique stricte de Nintendo.

Tout d’abord, je pense que Nintendo ne veut pas subir de comparaison avec ses jeux. Il faut dire que souvent, ces jeux apportent de jolis nouveautés qui pourraient rafraîchir encore plus certaines de leurs séries. De plus, Nintendo doit voir cela comme un autre adversaire de plus dans le marché du Jeu Vidéo alors qu’il devrait voir cela comme une opportunité de découvrir de jeunes talents et de les élever dans leurs studios.

Alors Nintendo c’est quoi ?

Nintendo, au final, c’est un développeur qui connaît bien le monde du Jeu Vidéo et qui n’a jamais connu de véritable bas comme a pu connaître Sega par exemple. Et pour garder ce succès, il a su se réinventer tout le temps, des fois en prenant leurs temps certes, mais là là aussi quelque chose de très rare. De plus, on sent bien qu’il y a un véritable amour du Jeu Vidéo dans cette entreprise. Mais n’oublions pas que c’est aussi une entreprise qui doit faire du chiffre et donc va souvent aussi utiliser des recettes toutes prêtes pour assurer ses arrières. Le seul gros défaut du développeur est son manque de tact sur Internet mais sinon pas grand chose à dire. Vous risquez de voir la marque du plombier pendant quelques temps encore.

Publicités

Et si tu nous donnais ton avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :