La jungle médiatique de Calais

Quatorze : voilà le nombre d’années d’existence de la “Jungle” de Calais. Et pendant ces quatorze années d’existences, on en a beaucoup parlé… Peut-être un peu trop vous ne trouvez pas ?

En effet, la jungle de Calais n’a toujours était qu’un élément de politique à manier avec précaution et jamais un désastre humanitaire, à part quelquefois entre deux pubs,  avec la prise de parole d’un français d’une association pour les migrants pour se donner bonne figure. Car au final, avons-nous vraiment eu le point de vue des migrants ? Non. Donc on va revenir sur ce cirque médiatique qu’est la jungle de Calais qui, je vous le promet, reviendra rapidement.

“Revivez le démantèlement de la Jungle”

24 Octobre 2016, Calais : 700 journalistes venus du monde entier s’alignent pour voir la misère du monde être démantelée et transmise un peu partout en France. Bienvenue au démantèlement d’une jungle qui en crée une autre permise par l’Etat et connue sous le nom de cirque médiatique (terme utilisé par le porte parole du ministère de l’intérieur). Ici, vous risquez de vite perdre votre morale, pire ennemi de l’info en continue. Les journalistes (1 pour 10 migrants pas mal) annoncent l’expulsion des migrants en situation irrégulière à 5 mètres d’eux. Leur demander leur avis ? À quoi bon ? Parlons plutôt de nettoyage et de nombres qui ne représentent pas le désastre qu’il y a eu, qu’il y a et qu’il y aura encore à Calais ou ailleurs. Donnons l’avis de gens qui n’y ont jamais foutu les pieds dans ce camp. Parlons de danger. Parlons de peur. Car c’est bien ça le succès d’une semaine d’actualité réussi, pour les journalistes comme pour les politiques qui vont pouvoir s’abreuver sur ce sujet. Un petit exemple pour vous convaincre : le gouvernement qui nous parle de cirque médiatique a installé de nombreuses tentes chauffées pour accueillir les journalistes et organiser des visites. Ces moyens auraient pu être utilisés pour améliorer la situation sanitaire dans le camp mais que voulez vous, le coup était si beau.

jungle-calais-vue
Vue d’ensemble de la Jungle de Calais

Un sérieux manque de différents points de vue

Mais alors si on fout autant de journalistes autour de ce désastre humanitaire, on pourrait s’attendre à différents points de vue. Mais au final il n’y en a pas tellement que ça : les réfugiés du camp ne sont au final traités que comme des chiffres à analyser, des chiffres qui font peur, des chiffres politiques mais surtout des chiffres muets. Rares sont ceux qui donnent la parole aux migrants et ils n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. De plus, cette évacuation n’est jamais réellement remise en cause : on ne se demande pas si ça va servir à quelque chose, que vont devenir les migrants, aurait-on pu faire autre chose que cette évacuation ? Que des gens soit d’accord avec l’action du gouvernement, pourquoi pas. Je n’ai pas la vérité absolue comme toute bonne personne. Mais je dois avouer que j’ai était plutôt surpris devant le peu d’analyse. Au final, cette couverture médiatique a servi à remplir des lignes de journaux et des heures de direct sur des chaînes d’info.

Une solution qui sert d’écran de fumée

Finalement, à quoi a réellement servi ce démantèlement ? Apporte-t-il vraiment une vraie solution ? Pas du tout. Les migrants vont continuer à affluer tant que la situation au Moyen-orient et en Afrique ne se calmera pas et finiront par revenir à Calais logiquement, surtout pour ceux qui voudront aller en Grande-Bretagne. Alors oui, vous pouvez raser cette “jungle”, mais elle reviendra car ce n’est pas un problème ponctuel mais une conséquence d’un désastre plus grand qui risque de s’aggraver avec le temps. Alors à quoi cela peut servir ? Et bien voyons ce qu’il se passe en même temps que cette opération “humanitaire”. On a un gouvernement qui n’a jamais était autant détesté, surtout de son propre clan. De plus, on a une ambiance de méfiance envers l’immigration à cause des menaces terroristes récentes. Ajouter une élection présidentielle perdu d’avance et vous avez une belle action pour espérer reprendre quelques points dans les sondages en montrant les bras musclés de l’Etat. Car bon, disons que cette solution peut servir ; alors pourquoi donc une disparition complète de ce camp si tardive ? C’est très simple : les démantèlements des camps à Calais, ça fait très longtemps et ça n’a jamais marché. Donc ça montre encore plus que ce n’est juste qu’un coup marketing.

calais-jungle-demolitions-2013
Démantèlement du camp en février 2016

La jungle qui cache la forêt

La jungle cache un problème bien plus grand au niveau de l’arrivée et de l’accueil des migrants. Pour commencer, parlons de chiffres : en 2015, environ 80 000 migrants sont arrivés en France et 26 700 ont obtenus un statut de réfugié (http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2016/01/12/la-france-a-accepte-27-de-refugies-de-plus-en-2015_4845698_1654200.html). En comparaison, cela ferait un dixième de la population de Bordeaux qui aurait été accueillis. Oui, on est plutôt loin de l’invasion que l’on nous rabâche sans cesse. Et en 2016 ? Les chiffres ne sont pas encore tombés mais on parle de 2 200 demandeurs d’asiles de plus et on accueillerait 30 000 nouveaux migrants, pas une énorme augmentation. Et si vous vous dites que la France aura du mal à assimiler tous ces nouveaux migrants alors voici deux exemples. À l’arrivée du putsch de Franco et de la guerre civile en Espagne, la France avait accueilli 500 000 espagnols. En 1979, Vietnamiens et Cambodgiens fuyaient les persécutions sur des bateaux qui ressemblaient à ceux qu’on voit aujourd’hui. À l’époque, tous les intellectuels de tout bord se sont levés pour demander l’accueil de ces migrants. Au total, 170 000 boat peoples ont été sauvés et on a jamais eu de problèmes ensuite. Malheureusement aujourd’hui, les philosophes sont bien partis laissant place aux experts qui sont experts en rien et on se dispute que pour des centaines de migrants comme en Hongrie par exemple. Le temps n’est plus au partage, oh non. Le temps est au passé, celui d’avant l’idée même d’une Union Européenne pour un mixage entre les peuples.

manifestation-contre-migrants-calais-2015
Manifestation contre les migrants à Calais en 2015

La place d’un migrant

J’entends déjà s’élever des voix qui vont nous dire que l’on ne peut pas accueillir des migrants car on ne peut pas économiquement. Pour l’une des plus grandes puissances mondiales économiques dans le monde qui se situe dans l’Union Européenne, qui, malgré ses nombreux défauts reste un marché puissant, le fait de dire ça me fait plutôt marrer. Mais on va aussi me dire que l’on n’arrive déjà pas à traiter nos propres misères alors comment pouvons nous faire pour en accueillir d’autres ? Très simple, adoptons une politique plus juste non ? En effet, les politiques en parlent très peu mais l’écart entre les plus pauvres et les plus riches s’accroît de jour en jour. Petit exemple, en 2014, alors qu’on nous demande de toujours plus serrer la ceinture, les salaires des patrons du Cac 40 ont augmenté de 10% alors qu’en même temps, les personnes vivant sous le seuil de pauvreté restait à 14% selon l’Insee. Nous avons réellement les moyens de faire vivre tout le monde de façon au moins digne mais notre politique d’aujourd’hui et notre modèle actuelle ne le permet pas. Si nous changions notre système économique nous pourrions surement aider plus de monde. Mais bon, ça, c’est un autre débat surement oublié pendant la campagne électorale.

Et sinon on fait quoi pour Calais ?

Bon je parle des migrants mais parlons de Calais qui a dû aussi passer des moments tendus. Comme je l’ai dis, supprimer le camp n’aidera pas Calais : les migrants reviendront toujours pour passer en Angleterre. Vous pouvez aussi fermer les frontières, cela n’empêchera pas le désastre humanitaire qui se déroule à nos portes. Ce qu’il faut, c’est tout d’abord créer une vrai zone d’accueil pour les migrants, ce qui pourraient au moins les loger quelques jours et au mieux les rediriger. De plus, il faudrait mettre en place une vraie politique d’immigration, une politique qui ne se fasse pas au jour le jour mais qui prévoit ces mouvements de populations. De plus, il faudrait que l’Union Européenne serve enfin à ce pourquoi elle a était prévu : un lieu d’échange, de partage, et de discussion entre tous les pays membres et non une ONU bis qui reste stoïque et sert à caser des politiques en pré-retraite. Enfin faisons une vraie politique extérieure claire et précise surtout avec ce qui se passent en Syrie où on change d’avis chaque jour. Finalement, j’en appelle à vous lecteur, nous sommes responsables de ce qui se passe dans ce pays car c’est le principe d’une démocratie. Prenons nos responsabilités en main et arrêtons d’accepter silencieusement le massacre qui se passe sur nos routes et dans nos mers comme nous devons arrêter d’accepter toutes les autres mesures prises qui détruisent notre pays. C’est à nous qui en revient de changer les choses car, malheureusement, ça ne risque pas de changer si l’on ne fait rien.

Publicités

Et si tu nous donnais ton avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :