Redline, la course la plus incroyable au monde

Redline est un film d’animation réalisé par Takeshi Koike et produit par le studio Madhouse. Il est sorti au japon en 2010, et en France il est édité par Kazé et n’a été distribué qu’au format DTV (Direct-To-Video). Attention cette critique contient du spoil sur certains événements de l’intrigue.

Madhouse est à l’origine de nombreuses adaptations en anime de manga très connus comme Death Note, Nana ou encore One Punch Man, mais il leur arrive aussi de faire des films, sur les licences qu’ils possèdent, mais aussi d’en produire des originaux et Redline fait partie de ceux-là.

redline-titre

Synopsis

On nous plonge dans la peau de JP, un pilote de course extrême dont le rêve est de remporter la Redline, une prestigieuse course clandestine qui se déroule tous les 5 ans dans divers endroits de l’univers. On nous présente le concept de Redline pendant les ¾ du film.

Je ne vais pas vous en faire une liste exhaustive, mais sachez qu’il y a 8 courses de sélection portant aussi le nom d’une couleur, comme la Yellow Line qui constitue le début du film ou la Blue Line, il y a donc 8 concurrents et tous les coups sont permis on a donc droit à pléthore d’armes à feu et gadgets sur les différents véhicules, ces derniers peuvent être de simples voitures comme la Transam de JP, ou bien des mastodontes comme celui de Machine Head.

mastodonte-redline
Machine Head dans son “véhicule”

Tout au long du film on va nous introduire les personnages qui vont participer à cette fameuse Redline et on peut dire qu’ils sont tous très différents : on a le champion indétrônable, des chanteuses et même un duo de chasseurs de primes, on nous dévoile même pour chacun un peu de leurs personnalités ou de leurs histoires, soit grâce à des reportages, des interviews ou parce que JP va directement les rencontrer.

Il nous dévoile peu à peu son univers au travers de la vie de pilote de JP, quand il participe à des courses, regarde la télévision, grâce à son mécano, ou quand il rencontre les autres pilotes avant la Redline. Même s’il nous en dévoile assez sur son univers pour que l’on reste accroché et que le tout reste plausible, il se concentre davantage sur son personnage principal, JP, son passé de prisonnier, sa relation avec un des autres pilotes à savoir Sonoshee qui va être en quelques sortes son “Love Interest”, mais aussi sa relation avec Frisbee son meilleur ami et mécano et le fait que ce dernier trafique ses courses avec la mafia pour gagner de l’argent.

frisbee-redline
Frisbee en proie avec la mafia

Ce que je trouve dommage, c’est que la situation de la Redline, elle se déroule sur une planète appelé RoboWorld et ses dirigeants ont clairement dit avec un communiqué à la TV qu’ils ne voulaient en aucun cas que cet événement ne se passe sur leur planète et qu’ils essaieront par tous les moyen de neutraliser les pilotes ou toute personne affiliée à la Redline qui tenterait de s’approcher de Roboworld, mais la course a quand même lieu.

Finalement, ce n’est qu’un prétexte pour créer du spectacle en mettant des bâtons dans les roues des pilotes avec toute l’armée de Roboworld à leurs trousses, les explosions de partout et qu’ils doivent donc se défendre et utiliser leurs armes pour créer encore plus d’animations pour en mettre plein la vue aux spectateurs.

transam-redline

Il y a autre chose qui me taraude c’est le fait que s’il y a la relation JP et Sonoshee c’est parce qu’étant jeunes ils se sont côtoyés et qu’elle a fait un petit discours émouvant et depuis ce jour JP l’admire en quelques sortes, et à un moment donné dans le film on voit cette scène en tant que flash back, et ensuite dans le présent le héros nous sort le fameux “Elle ne doit pas se souvenir de ce jour là”, et cette scène constitue un énorme cliché présent dans beaucoup de mangas et animes.

Je reconnais que ce n’est pas le très connu “Il ne se souvient pas de la promesse de mariage que l’on a fait quand on avait 5 ans, et du coup je ne lui rappelle pas et 50 épisodes après il va avoir des bribes de cet événement et 350 épisodes plus tard après une grosse dispute il va enfin s’en souvenir et on pourra vivre ensemble pour toujours.”. Non. Heureusement dans Redline ce n‘est pas ça, on peut le qualifier de dérivé à ce procédé mais il n’empêche que dans ma tête ça sonnera toujours comme ce gros cliché.

Soit beau et tais-toi.

L’histoire en elle-même n’est pas très compliquée mais ce qui fait la force de ce film c’est son animation pendant les courses la sensation de vitesse est très bien retranscrite, avec les divers effets de poussière ou de propulsion.

Le choix des couleurs n’est pas sans rappeler l’œuvre d’Andy Warhol : Diptyque Marilyn, avec ses couleurs très claires voire flashy et ses ombres noires, ce qui permet de mettre en relief les détails des personnages et des lieux.

Le fait que le film se passe dans un univers SF futuriste permet d’introduire des personnages extraterrestre et donc justifie qu’ils ne ressemblent pas ou peu à des humains hormis le fait qu’ils soit des bipèdes humanoïdes, cela permet d’avoir toute sortes de design de personnages et je trouve que pour la plupart ils sont très bien réussi et se marient bien avec ce style très pop.

extraterrestres-redline
Un exemple de leur créativité en matière d’extraterrestres

Si on ne retiendra pas toute l’OST, certaines pistes comme le thème principal ou la musique de présentation de Machine head, l’un des participants de la Redline, sont vraiment très rythmées et nous font entrer dans le délire. Je n’ai vu le film qu’avec les doublages français, donc je ne peux pas juger s’il sont dignes de la VO.

Cette VF est de très bonne facture que ce soit la voix de JP, des autres personnages principaux, ou même celle des personnages insignifiants, elles sont plutôt bien trouvées et correspondent assez bien avec le style, le caractère et le physique de chaque personnages.

Verdict

Au final on ne retiendra pas Redline pour son scénario, mais bien plus pour la qualité de son animation, il tient plus du spectacle visuel plutôt que de nous proposer un background surdimensionné et des personnages profonds. Redline constitue un très bon divertissement qui certes scénaristiquement ne vous étonnera pas mais qui vous procurera de bonnes sensations.

Publicités

Et si tu nous donnais ton avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :