No Man’s Sky, dissection d’une déception

S’il y a bien un jeu qui mérite le titre de déception de l’année, No Man’s Sky serait l’un des favoris voir l’heureux élu. Après une hype poussée par un Sony qui voulait gagner sa guerre des consoles, le jeu a été une très grande réussite commerciale mais apparemment, le service après vente n’était pas intégré dans le forfait. On va donc revenir sur les raisons d’un tel désastre vidéoludique.

Le train de la hype

Il faut tout d’abord dire que pour un petit studio comme Hello Games, s’allier avec Sony c’est un peu comme sauter dans le vide et espérer que l’on n’ai pas oublié le parachute. Car Sony saura vous faire une campagne marketing aux petits oignons (en mentant sur les bords) pour promouvoir votre jeu. Donc quand vous lancez un jeu comme Rocket League, vous garantissez à votre studio un grand succès sur lequel vous pourrez capitaliser. Mais si votre jeu déçoit, alors vous allez vous prendre une séance de bashing intensive qui risque d’être très longue et bien entendu, très désagréable. Au final c’est ce qui est arrivé à No Man’s Sky, qui est aux promesses d’expérience de jeu ce que Watch Dogs fut au downgrade graphique en son temps. Tout ceci est bien dommage si on considère que s’il avait fait son chemin tout seul, l’attente aurait été moindre et la déception plus mesurée.

Les yeux plus gros que le ventre

Bon alors qu’on soit clair, je pense qu’un tout petit studio peut sortir un très grand jeu sans aucun problème. Par contre je ne pense pas qu’il puisse tenir une aussi grande pression avec un rythme pareil pour au final faire une oeuvre gigantesque si elle l’avait était bien bouclée.

logo-playstation

Car il faut bien dire que depuis 2013 le studio a était plus que sous pression : entre les finances du studio et les fans et Sony qui devait aussi faire du coude, oui ça devait être plutôt dur à gérer. Surtout que ce n’est pas un tout petit jeu, pas le truc que l’on peut faire entre pote et qu’on peut torcher rapidement. Non. Là on parle d’exploration spatiale à une échelle plus que colossale, avec des mondes qui se veulent uniques et colorés à chaque fois. Donc en effet, faire ce tour de force gigantesque, ce n’est pas possible pour un petit studio en “si peu de temps”. Et si vous pensez qu’ils ont reçu de l’aide de la part de Sony, je pense que vous vous mettez le doigt dans l’oeil car ils voulaient juste récupérer une grosse exclu et une belle image de “on aime les indépendants”.hello-games-logo-modif

Un prix astronomique

Un choix discutable : fixer le prix du jeu à 70 euros, soit le prix d’un triple A. Sauf que le jeu est loin de la qualité de ces triple A (quoi que je me dis qu’il est au final dans la moyenne) sans compter qu’il est loin des canons de ces jeux des grands éditeurs. En effet, que l’on aime ou non, le jeu reste assez frais par rapport à ce que apporte les Battlefield, Assassin’s Creed et autre Street Fighter. Le mettre à 40 euros par exemple aurait bien montré que c’est un jeu indé et qu’il ne faut pas s’attendre à la baffe de l’année. Vous allez me dire c’est un peu débile mais quand vous regardez le nombre de commentaires sur le prix du jeu on voit bien que ça peut servir d’élément marketing et permet “d’annoncer la qualité” du jeu (je met de gros guillemets car c’est rarement le cas mais inconsciemment plus chère = meilleure qualité).avis-no-mans-sky-steam

Un mauvais choix de modèle économique

Et tant qu’on est sur l’argent on peut aussi parler du fait d’avoir choisi d’en faire un jeu sans bêta ou sans early access. Bien que ce modèle est souvent utilisé avec abus, avec un jeu comme No Man’s Sky, il y a fort à parier que les retours des joueurs auraient grandement aidé les développeurs. Tout d’abord, la hype aurait était moins grande donc moins d’insultes dans la boîte aux lettres. Certes les ventes auraient étaient moins importantes mais vu la vague de remboursements qui a eu lieu par la suite, la balance se serait sans doute équilibrée. Et surtout, adopter un tel modèle aurait octroyer un temps de développement supplémentaire à Hello Games qui aurait pu peaufiner sa copie au fil du temps.

Un potentiel inexploité

Au final on se retrouve avec ce jeu, un peu bâtard, un peu bancal, sur lequel on avait misé (plus ou moins) d’espoir. Très franchement je pense que No Man’s Sky aurait pu donner tellement plus et décevoir beaucoup moins s’il ne s’était pas monté dans toute cette hype. Quoi qu’il en soit, j’espère que le studio Hello Games saura se relever de cette très mauvaise expérience qui partait si bien et continuera de rêver la tête dans les étoiles après cette brutale redescente sur Terre…no-mans-sky-logo

Publicités

Un commentaire sur “No Man’s Sky, dissection d’une déception

Ajouter un commentaire

  1. Quand j’ai entendu parler de ce jeu vidéo, j’étais vraiment tout excitée de mettre la main dessus ! Après des années de développement, je dois avouer que je suis un peu déçue…

    J'aime

Et si tu nous donnais ton avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :